LE QUEYRAS 8 stations villages : ABRIES

ABRIES-RISTOLAS
A Abriès avaient lieu au moyen âge ces foires et marchés qui faisaient la prospérité de ses habitants. La halle construite au temps d'Henri IV, dont seuls les arcs de la façade visibles à l'office du tourisme, ont été conservés, témoigne de cette opulence.
Le commerce par les cols, de brebis notamment, était intense avec les vallées d'outre-mont, mais la paix d'Utrecht en 1713 en fixant la frontière sur la ligne de partage des eaux et en cédant aux Piémont le Val Cluson, Oulx et Château-Dauphin, a mis fin à cette activité en même temps qu'au Grand Escarton. Dès lors a commencé le déclin d'Abriès accéléré par la Révolution qui a fixé à Aiguilles, jugée plus centrale, ses services administratifs.
Un procès qui date de 1387 divise les communes d'Abriès et Aiguilles; longtemps après cette époque, une sentence arbitrale rendue par le tribunal de Briançon et la cour royale de Grenoble, a fixé pour limite, sur la montagne en contestation, une pierre dite blanchironosus.
"Mais est-ce, suivant Abriès, un rocher énorme sur lequel on remarque du bleu, du noir et du rouge ? Est-ce d'après Aiguilles, une borne qui se trouve à la limite de ses prétentions ?" Baron Jean Charles François de Ladoucette, ancien prefet des Hautes-Alpes (1834)

Au début du XIXe siècle, Abriès comptait 2 000 habitants (contre 400 aujourd'hui). Pour nourrir cette population on pratiquait la culture des céréales, pourtant sensibles aux gels tardifs et aux froids d'automne, jusqu'à très haute altitude.
Les labours se faisaient à la houe ou à l'araire, ce qui nécessitait une main d'oeuvre nombreuse. Celle-ci habitait des hameaux aujourd'hui en ruine, voire disparus, tels que le Villard, Malrif, Le Varenc, la Gasque, Valpreveyre, Pra-Roubaud...
Aujourd'hui, seul le hameau du Roux est habité en permanence.
Au fond de la vallée du Guil, RISTOLAS.
LE MONT VISO : 3841 m, Queyras
C'est la commune du Queyras dont le territoire est le plus vaste, mais dont la population est aussi le plus faible.
La guerre qui a détruit le hameau de la Monta dont il ne reste plus que la douane, les avalanches qui ont eu raison de l'Echalp, tout semble avoir voulu se liguer pour chasser les habitants de ce coin de terre impitoyable et magnifique.
Le nom même du lieu dit "la roche écroulée" rappelle la violence des éléments quand ils se déchaînent.
Mais dans les moments de calme, Ristolas c'est une espèce de paradis terrestre d'une nature inviolée qui depuis des décennies abrite une réserve de chasse. L'accès à certains secteurs a été limité à la demande du Parc Naturel du Queyras pour assurer la survie du tétra-lyre qui a déjà totalement disparu de nombreuses autres régions.
En remontant le Guil, on atteint sa source à 2 815 m d'altitude au pied de ce Viso majestueux qui du haut de ses 3 841 m contemple toutes les Alpes du Sud ainsi que la plaine du Pô. Le tour du Viso en 7 jours avec nuits en refuges est une expérience qui ne s'oublie pas. Mais sans aller si loin, une visite aux lacs Foreant et Egorgéou dans lesquelles se mire la Taillante la bien nommée avec escalade du Pain de Sucre justifie à elle seule un séjour à Ristolas.